France

Pour l’autrice de Haute-Vienne, Aïcha Yatabary, la culture est un remède merveilleux d’émancipation de la femme

Aïcha Yatabary est une icône malgré elle. Peut-être a-t-elle hérité du caractère avant-gardiste de la Soudanaise Sira Diop (1929-2013), devenue célèbre en Afrique de l’Ouest. Cette dernière s’était opposée au sacrifice annuel de la plus belle des jeunes filles du village dans l’une des tribus du Burkina-Faso. Un soulèvement qui avait entraîné l’arrêt du rite et fait de la jeune femme l’une des premières activistes féministes.

Cette histoire, qu’elle soit vraie ou fausse, a valu à Aïcha Yatabary, dès ses premiers écrits, d’être considérée comme féministe par ses concitoyens. « Les femmes au Mali ont peur d’être taxées de féministe et de ne pas trouver de mari. Le mariage est encore très ancré…

Lire la suite

Bouton retour en haut de la page