MarseilleParis

Économie | Marseille attire comme un aimant

Vous ne pouvez pas savoir la chance que vous avez de vivre ici toute l’année ! », souffle Olivier en regardant la Bonne Mère. Le quinquagénaire a acheté au prix fort un T3 en dernier étage dans un Pouillon à la sortie du premier confinement et s’échappe de Paris trois jours par semaine grâce au télétravail. Comme lui, ils sont nombreux à investir dans un pied à terre ou une nouvelle résidence principale au soleil. Eux, ce sont les « venants », un terme emprunté à Hadrien Bels pour décrire ces habitants venus d’ailleurs qui participent à la mutation d’un Marseille que l’auteur du roman Cinq dans tes yeux ne reconnaît plus. Des nouveaux arrivants du nord attirés par la mer, le marché de l’immobilier et la desserte TGV à trois heures de la capitale. Les touris

Lire la suite

Bouton retour en haut de la page